Création d’un monde fictif (3)

En littérature, un bestiaire désigne un manuscrit regroupant des fables et des moralités sur les « bêtes », animaux réels ou imaginaires. Par extension, on appelle bestiaire une œuvre consacrée aux bêtes.

Le bestiaire d’un auteur est ni plus ni moins un ensemble d’œuvres désignant les animaux mentionnés par l’auteur dans ces œuvres.

Plusieurs informations d’une grande importance doivent y figurer. Les créatures que vous créerez tout comme les personnages, ont une personnalité bien à eux, je dis personnalité, mais … a vrai dire, elles ont autant d’importances que les personnages, donc, essentielles au déroulement de l’histoire.
Dans un bestiaire en général, toutes les caractéristiques des créatures présentes dans votre histoire y sont recueillies. Souvent ignorée, les relations entre elles, donnent une ligne de conduite à chaque créatures, (chaine alimentaire). Je me suis apercu  des incohérences  après avoir sauté l’étape du bestiaire mon histoire  s’en trouvait  déficiente sur un bon nombres de plans. Certaines de mes créatures, des prédateurs à l’état brut, n’avaient rien pour se nourrir. Ce n’est pas toujours évident pour un prédateur de manger de l’herbe ou des fruits. je ne leurs avaient pas créer de petites ou grosses créatures en guise de nourriture. 

shema-relationnel

Dans cet exemple, j’explique les relations entre mes créatures, lesquelles font parties intégrales de mon roman. Je sais en tout temps ce que je dois savoir sur mes créatures. Quand même que je mettes mon roman de côté et que j’y revienne au bout de six mois, je sais ce qu’elles sont, ou elles se situent dans la chaine alimentaire etc. …

Référez-vous au schéma ci-dessous.

1) L’Asmogord, l’umaugord, le gorator, l’urok ou le Vork, sont tous des prédateurs et des proies, A – B – C – D – E.
2) Le prédateur (E) est à la fois, prédateur de A – B – C – D et est la proie des grands prédateurs.
3) Vous pouvez ainsi créer une chaine alimentaire avec vos propres créations et rendre votre monde plus crédible et cohérent et y insérer autant de créatures que vous le voudrez.
4) Donnez à votre schéma la forme et le style que vous désirez, ça ne changera rien, l’important c’est de vous comprendre.
5) Adapter ce schéma aux nombres de créatures qui figurent dans votre monde.

J’ai dû mettre sur pieds un bestiaire, pour être totalement honnête avec vous j’ai dû le construire au fil de l’écriture de l’histoire. (J’avais omis de lui donner l’importance qui lui revient. ) J’ai alors improvisé et plus loin, je m’apercevais que certaines incohérences flagrantes s’étaient glissées dans mes scènes.

Maintenant, je me sers de mon bestiaire tellement régulièrement que je commence à connaitre mes créatures comme si je les avais tricotées, ce qui est bien entendu le cas. Mon intention est de créer plusieurs tomes de mon roman, beaucoup de créatures y sont présentes. Chaque tome, des créatures se retireront, et d’autres apparaitront. Pour le répertorier, quoi de mieux qu’un bon bestiaire ?

shématisation

Les p’tits conseils du novice

1) Si vous écrivez une histoire avec une ou deux créatures vous pouvez très bien ignorer l’étape de la schématisation, mais bon, à vous de juger.
2) Un prédateur n’est pas obligatoirement une proie, pas s’il est le prédateur absolu.
3) Effectuez des recherches pour créer votre créature et qu’elle soit crédible.

Dans les articles précédents, je vous explique comment créer votre créature en lui donnant des caractéristiques. Dans quel contexte devrait-elle apparaitre dans le roman ? Le bestiaire n’est pas une mince affaire. En lisant un livre, on se demande souvent combien de temps il a fallu à l’écrivain pour coucher sur papier, autant de mots et d’idées, alors, pour ceux qui stress à l’idée d’être trop lents dans leur écriture, apprenez que de grand auteur très connu tel que J.R.R Tolkien à qui, il a fallu pas moins de 16 ans pour écrire la trilogie du Seigneur des Anneaux et 6 ans à J._K._Rowling pour le premier Harry Potter ! Les écrivains en herbe se posent aussi souvent la question suivante : en combien de temps dois-je écrire mon livre? Si on vous dit que vous perdez votre temps sur votre bestiaire, faites le ou la sourde d’oreille et ne vous laissez jamais décourager.

Alors, mettez-y un peu de temps pour l’élaboration. En plus d’être très utile et pratique, je peux vous jurer que vous aurez un grand plaisir.

utilité copy

Que vous conceviez un monde à plusieurs tomes, qu’ils soient actifs ou inactifs dans votre monde, fait en plus, vos créatures serviront dans un roman ou une autre. Si votre idée vous trotte dans la tête et vous obsède, il y a une raison, alors incorporez-la à votre bestiaire. Ne laissez surtout pas mourir cette idée dans l’œuf. Le plus possible, donnez-lui une utilité dans votre roman. Dans l’histoire, cette créature doit avoir un endroit propre à elle qui doit s’intégrer dans le cadre du roman. L’environnement doit être tout aussi crédible que la créature. Elle doit évoluer tout comme vos personnages.

S’agit-il d’un animal de compagnie ? Est-ce que c’est un animal de combat ? Une ressource de nourriture ? S’agit-il d’un prédateur ? Quelle est sa place dans la chaîne alimentaire ? Quel rôle allez-vous lui confier ? Soyez des plus précis, moi j’y rédigeais des exemples sous forme de texte, ce qui m’a d’ailleurs, grandement aidé dans mon roman.

a quoi ressemble t-elle

Créez une créature à partir de rien, est comme créer un personnage, mais, surtout restez dans des proportions raisonnables. Il est très facile à notre imagination de se laisser emporter par l’euphorie du moment. Il faut que vos lecteurs puissent se les représenter assez facilement. Si vous vous faites entrainer dans le piège des mosaïques, chimériques, vous risquez de vous décrédibiliser, du genre, une chèvre avec une queue d’alligator et des cornes de diable, pourquoi pas. Mais accompagnés d’une souris avec des cornes de rhinocéros et des sabots de cheval, oups, nous avons peut-être un problème de proportion. Voyez à ce que ces éléments soient proportionnels.

Trop de créatures bizarres dans le même contexte ou scène peuvent aussi déstabiliser le lecteur. J’ai souvent lu des livres fantastiques avec de nombreuses créatures aux noms à n’en plus finir et des descriptions qui déboulent à ne plus finir. J’en avais des maux de tête et je me décourageais, je ne retenais rien et le plaisir de la lecture n’y était plus.

Donc, l’apparence des créatures dépend beaucoup de leur environnement. Si elle vit dans l’eau, elle aura sans doute des membres adaptés. Si elle est robuste et pacifique, elle peut servir à tirée de lourdes charges, alors qu’une créature rapide et sanguinaire peut être utilisée sur un champ de bataille. Leur déréalisation servira aussi à modeler les émotions des lecteurs à leur égard.

OU VIT-ELLE

Dans quel habitat vit votre animal ? Où dort-il ? Où mange-t-il ? Dessinez ces créatures et définissez les territoires de votre monde, où l’on retrouve les créatures, créez son environnement. Comment votre créature se déplace-t-elle? À quelle distance s’étend son territoire? Si elle suit un mouvement migratoire, expliquez-le pourquoi et quelle distance parcourt-elle ? Réfléchissez à leurs interactions quand ils sont confrontés dans le même environnement. S’entre-dévorent-elles, ou sont-elles indifférentes entre elles?

qu'est-ce qu'elle mange

Beaucoup ne donnent pas assez d’importance à cette question qui semble anodine. Tout doit s’accorder qu’elle soit herbivore, carnivore, omnivore… ces petites créatures ont une fonction essentielle dans leur vie, elles doivent avoir aussi un habitat et ne doivent pas apparaitre comme par enchantement, à l’endroit précis où se trouve la créature. Vérifiez bien que l’environnement et la morphologie de votre animal correspondent à son alimentation, ne lui donnez pas un air pacifique si elle est le prédateur par excellence. Pensez, pacifique et sanguinaire.

mécanisme de défense

Si votre créature se fait attaquer, se défendra-t-elle ? Va-t-elle s’enfuir? Se réfugier dans un trou, ou une cavité quelle qu’onques? Ses cornes ou défenses vont-elles lui servir à charger ? Ces questions lors de sa création doivent être prises en ligne de compte, adaptez-le à ses besoins pour sa survie. Et les combats pour la nourriture doivent être crédibles. En bref, donnez-lui les moyens de se défendre, comme je vous le recommande, en restant dans la mesure de la crédibilité.

la vie quotidienne

Votre créature a aussi une vie quotidienne, que fait-elle durant la journée? Se cache-t-elle du soleil ou s’y prélasse-t-elle ? Est-ce qu’elle broute toute la journée ? Votre créature chasse-t-elle la nuit ou le jour ? Toutes ces questions se rapprocheront vos personnages dans le monde des vivants. Vos personnages sont crédibles ? Alors vos créatures se doivent de l’être aussi. Comment se passent les relations avec les autres membres de l’espèce ? Est-elle agressive ou passive envers l’être humain ?

nommer

Lorsque vous nommez votre créature, éviter de lui donner des noms abracadabrants sinon le lecteur se lassera. Lire un roman et devoir suivre des cours de prononciation avant doit être très déplaisant. Aussi en nommant votre créature assurez-vous que la sonorité du nom que vous lui donnez s’adapte à son style de personnalité. Agressif, passive …

Si vous voulez qu’une créature soit reconnaissable par vos lecteurs, donnez-lui une caractéristique unique du genre, cette créature a un gout divin et les Arcaans en sont friand, ou une créature dont l’odeur infecte se répand à 200 à 300 mètres à la ronde, ou encore un rugissement particulièrement puissant ou même une plainte mélodieuse.

cropped-sticker-la-plume-de-l-ecrivain-ambiance-sticker-kc_2813-copy1.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s