COMMENT CRÉER UN MÉCHANT PERSONNAGE DANS UN ROMAN ?


Dans un roman, le méchant est un personnage important qu’il faut bien modeler. Bien que nous, êtres humains soyons complexes, les caractéristiques de votre méchant doivent être bien décrites (sauf s’il faut deviner qui est le méchant). L’antagoniste est tout aussi important que le héros.

Le héros est gentil parce qu’on suppose que le lecteur s’attachera davantage à des valeurs positives, plutôt qu’à des valeurs négatives. Le risque évident est que le récit devienne crédule et se contente d’enfoncer des portes ouvertes. Le sujet du gentil hérosdoit donc être écorné pour que l’intrigue puisse fonctionner. Dans la majorité des cas, c’est un conflit intérieur qui va permettre d’atteindre cet objectif. Ainsi, le héros mène deux combats : celui contre le méchant génère des scènes d’action et celui contre ses doutes amène de la profondeur et donne un sens plus subtil au récit.

Mais, qu’est-ce qu’un bon méchant ?

Si vous butez sur votre méchant, c’est qu’il vous manque peut-être une définition, une fiche personnage claire ou bien des caractéristiques pour bien travailler votre méchant. Que doit-il posséder pour faire partie des bons méchants que l’on aime détester ?

Puisez dans vos expériences de vie. Avez-vous des personnes que vous avez en aversion totale? Des personnes qui vous ont lésé, qui ont des comportements qui laissent sincèrement à désirer? Inscrivez ces notes et impressions dans un carnet, car elles sont importantes, elles vous aideront à créer votre méchant. Puisez dans votre entourage pour construire les traits de votre prochain personnage mauvais.

Votre méchant peut très bien être immoral et rester dans la légalité. La moralité sera définie par le genre de roman que vous déciderez d’écrire, car la société en est le pilier. Lorsqu’une personne est considérée comme immorale ou à un comportement déviant, manque de civisme ou ne fait pas la différence entre le bien et le mal c’est forcément son choix, FAUX, un psychopathe ou beaucoup de maladies du genre peuvent nous atteindre, et donc nous ne pourrons dire que c’est par choix. Cette personne deviendra donc un méchant. C’est donc parfaitement humain.

La moralité inclut donc un certain niveau de gentillesse et d’altruisme. Le manque de respect de l’autre, de son être et ses pensées, est une des caractéristiques de sa moralité… 

Les différents types de personnages méchants

Il existe plusieurs profils sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour construire votre personnage mauvais. Ces profils sont basés sur des études sociologiques que je ne détaillerais pas ici, mais que vous trouverez assez facilement sur Internet :

L’antihéros

L’antihéros (ou anti-héros) est le personnage central d’une œuvre de fiction qui ne présente pas certaines des caractéristiques du héros conventionnel, dans certains cas ils n’en ont aucune. Certains considèrent la signification de ce terme comme suffisamment étendue pour englober également un antagoniste qui, contrairement au méchant, éveille une affection ou une admiration à ne pas négliger.

L’opportuniste

Le personnage opportunisme à une conduite qui consiste à tirer le meilleur parti des circonstances, souvent en le faisant à l’encontre de tous principes moraux, aux dépens des autres.

L’instable

Le personnage aux prises avec ce type de difficultés est habituellement instable sur le plan émotionnel: elles réagissent de façon disproportionnée ou imprévisible, elles sont irritables et colériques et elles changent rapidement d’humeur. Elles ont aussi beaucoup de difficultés à gérer le stress au quotidien et tolèrent mal la frustration.

Le rancunier

Le personnage atteint de rancune à des émotions parfois fortes et vives, ressenties à l’égard d’un ou plusieurs individus pour une ou plusieurs raisons particulières. La rancune est provoquée par un désir stabilisé de vengeance et survient lorsqu’une émotion négative telle que la jalousie, la tristesse, la colère, la peur, est ressentie. La rancune survient également lorsqu’un individu n’admet pas ce qui lui a été infligé, cela peut être une souffrance émotionnelle ou physique aussi bien dans les relations sociales qu’interactive.

Le déchu

Le personnage qui a perdu sa dignité, qui est tombé à un état inférieur et qui par bien des actions autant morales qu’immorales cherche à regagner son statut, quel qu’il soit. C’est un puissant allié qui a fini par se tourner vers le mal, non pas comme un traitre, mais bel et bien, comme une personne qui succombe à un vice. Pour une raison ou une autre, il a arrêté de croire au bien pour se tourner vers un chemin plus facile.

Le séducteur

Le personnage tire quelqu’un à l’écart du groupe avec lequel il se confond, le sélectionne, le persuade qu’il est unique, remarquable, et qu’il a été remarqué. Le séducteur opère de deux façons différentes quand une personne cherche à s’imposer à une autre par des moyens qui vont de la manipulation violente à la persuasion douce.

L’ami

Il est proche des joueurs au point de partager une amitié, une parenté ou un concept de vie.
Pourtant à cause de ses choix, il lui arrive constamment de provoquer des problèmes aux joueurs. Il n’agit cependant pas volontairement contre lui, mais le résultat est souvent semblable.

Comme vous constaterez, il y a de nombreux méchants référents dans la littérature et le cinéma. Inspirez-vous-en pour construire le vôtre ! Votre héros et son opposé sont des personnages très importants qui sont systématiquement confrontés à leurs contradictions. Ils ont une relation étroite qu’il faut cultiver. Pourquoi l’un n’existe pas sans l’autre dans votre récit ? Finalement, ces deux-là sont indissociables ! Votre méchant va se placer au cœur de votre récit, tout comme votre héros.

AUTRE SORTE DE MÉCHANTS TOUT EN STÉRÉOTYPES OU PAS ?

Les stéréotypes modèles de nombreux personnages sont ceux qui ont le plus d’impact sur nous, ceux auxquels nous nous identifions, dans lesquels nous retrouvons certains de nos traits de personnalité. Votre méchant doit donc avoir un caractère propre à lui et en béton, des motivations claires et précises, des codes qui lui appartiennent et un plan bien élaboré.

Un classique :

Contrairement à ce que l’on pense de prime à abord, les méchants dans l’histoire ne doivent pas être spécialement des êtres vivants. Ils peuvent être représentés par une force obscure et intangible ou bien par un objet.

La maison hantée, dans ce cas c’est l’ensemble de la maison qui est le méchant, et les créatures à l’intérieures ne sont que les subordonnés de celle-ci. Derrière cette simple maison hantée, vous pouvez exprimer plusieurs types de méchants, l’antagoniste, le rancunier, l’instable ou le déchu.

Le méchant prétend être constructif

S’il veut lancer une bombe atomique sur New York, c’est pour nettoyer la ville. Il affirme que ses intentions sont parfaitement honnêtes et constructives. S’il est assez persuasif, il peut éveiller un doute intéressant dans l’esprit du lecteur.

Le méchant est plein d’espoirs

Il croit en la possibilité d’un monde meilleur dans lequel tout le monde s’aimera et sera heureux. Pour concrétiser son espoir, il va devoir détruire la moitié de la population mondiale et lobotomiser le reste pour y parvenir. Mais, bon…, la fin justifie les moyens. Non ?

Le méchant prétend qu’il n’a pas peur

S’il tue, ça n’a rien de personnel. C’est une question d’esthétisme : il aime la couleur du sang ou le spectacle d’une ville qui flambe.

Dans la plupart des cas, le héros est alors incarné comme un gentil déséquilibré cinglé, car il faut évidemment être fou pour se moquer de la morale au point de lui privilégier des considérations esthétiques. De nos jours, les auteurs qui osent défendre de façon sérieuse la thèse du héros sont très rares. Pourtant les choses seraient plus simples, ça nous changerait !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s